Avec 16 jours banalisés dans son calendrier, le Japon est l’un des pays ayant le plus de jours fériés au monde.

Basés comme en France sur une volonté de prôner certaines valeurs chères au gouvernement, comme la journée de la culture ou la journée du travail, les jours fériés au Japon se basent également pour beaucoup d’entre eux sur le Shintoïsme, une religion dont la nature est l’élément central du culte.  »Jour de la mer »,  »Jour de la montagne », ou encore  »Cérémonie de la majorité », la religion shinto a donné au gouvernement japonais de nombreuses occasions de banaliser des jours de l’année. Une initiative nécessaire, dans un pays où les heures supplémentaires s’accumulent.

Des pauses forcées pour lutter contre le surmenage

Derrière la prolixité des jours fériés japonais se cache en réalité une initiative politique visant à lutter contre le surmenage.

En effet, les Japonais ne sont pas connus pour prendre des congés facilement. Et quitter le bureau après 23h n’est pas chose rare dans certains corps de métier. Avancés comme une  »semi-obligation » par le gouvernement, les jours fériés sont donc un bon moyen de forcer les travailleurs à lever le pied et à passer plus de temps en famille. Une initiative qui prend de l’ampleur depuis le début des années 2000, puisque ces dernières décennies ont vu apparaître pas moins de cinq nouveaux jours fériés !

Certaines semaines sont même devenues des  »semaines de vacances nationales », puisqu’un jour de travail tombant entre deux jours fériés devient généralement lui aussi banalisé (bien que certaines entreprises n’autorisent pas  »les ponts »). C’est le cas notamment de la Golden Week en mai, qui compte 4 jours fériés répartis sur 7 jours consécutifs et qui est synonyme pour beaucoup de petites vacances de printemps.

À noter également que le gouvernement a mis en place une règle ingénieuse pour inciter les citoyens à se reposer : chaque jour férié tombant un dimanche est reporté au lundi suivant ! Une démarche sympathique, dont on aimerait aussi pouvoir profiter en France…

Calendrier des jours fériés au Japon

Les 16 jours fériés japonais

Janvier
01 : 元日 (Ganjitsu, Nouvel an) : permet de célébrer le Nouvel An.
08 : 成人の日 (Seijin Shiki, Cérémonie de la majorité) : issu d’un rituel shinto du VIIe siècle, la cérémonie de la majorité marque le passage à l’âge adulte. Pour l’occasion, tous les jeunes ayant 20 ans au cours de l’année sont invités à aller prier au sanctuaire pour attirer la bonne fortune sur cette nouvelle vie qui commence.

Février
11 : 建国記念の日 (Kenkoku Kinen no Hi, Anniversaire de la fondation de l’état japonais) : basé sur le mythe du premier empereur japonais (descendant direct des dieux), le Kenkoku Kinen no Hi célèbre la fondation de l’état japonais ayant eu lieu le 11 février 660 av.J.C.

Mars
21 : 春分の日 (Shunbun no Hi, Jour de l’équinoxe de printemps) : ce jour devient férié en 1948 suite à la séparation de l’Église et de l’État, pour remplacer la fête shinto du Shunki Korei Sai qui célébrait elle aussi l’équinoxe de printemps.

Avril
29 : 昭和の日 (Shōwa no Hi, Anniversaire de l’empereur Shōwa) : très attaché à l’Empereur Hirohito qui régna sur le Japon de 1926 à sa mort en 1989, les Japonais célèbrent son anniversaire depuis 1985. L’empereur était né le 29 avril 1901.

Mai
03 : 憲法記念日 (Kempō Kinenbi, Commémoration de la constitution) : rend hommage à la promulgation de la constitution japonaise de 1947. Pour l’occasion, le parlement est ouvert au public.
04 : 緑の日 (Midori no Hi, Fête de la nature) : instaurée initialement le 29 avril l’année de la mort de l’Empereur Shôwa pour rendre hommage à ce dernier qui aimait beaucoup la nature, Midori no Hi a été déplacée au 4 avril en 2007. À cette occasion, les Japonais prennent de nombreuses initiatives visant à protéger l’environnement, comme le nettoyage des espaces publics ou la plantation de fleurs dans les jardins.
05: 子供の日 (Kodomo no Hi, Jour des enfants) : instauré à l’époque Kamakura (1185-1333), Kodomo no Hi a pour but d’apporter santé et robustesse aux petits garçons. Pour l’occasion, il est coutume d’accrocher des banderoles de carpes (koinobori) aux fenêtres des maisons, un symbole de courage et de bonne santé sur l’archipel.

Juillet
16 : 海の日 (Umi no Hi, Jour de la mer) : Umi no Hi est un jour férié instauré en 1941 pour rendre hommage aux eaux qui entourent l’archipel. Pour les Japonais, cela signifie également journée à la plage et événements spéciaux dans les aquariums.

Août
11 : 山の日 (Yama no Hi, Jour de la montagne) : créé en 2016, Yama no Hi est le jour férié le plus récent du calendrier japonais. Il rend hommage aux nombreuses zones montagneuses qui peuplent le Japon.

Septembre
17 : 敬老の日 (Keirō no Hi, Journée du respect pour les personnes âgées) : mis en place en 1963, Keirô no Hi fait honneur aux personnes âgées. Pour l’occasion, ces dernières sont généralement conviées à un repas organisé par les municipalités. Avec une population vieillissante, ce jour est également aujourd’hui synonyme de reportages et de statistiques alarmantes sur la population japonaise.
23 : 秋分の日 (Shūbun no Hi, Jour de l’équinoxe d’automne) : célèbre l’équinoxe d’automne depuis 1948.

Octobre
08 : 体育の日 (Taiiku no Hi, Jour de l’éducation physique) : instauré en 1966, Taiiku no Hi met en avant le sport et la bonne santé. À ce titre, jeux et compétitions sportives sont organisés par les entreprises et les écoles pour inciter les Japonais à bouger plus.

Novembre
03 : 文化の日 (Bunka no Hi, Jour de la culture) : Bunka no Hi est le jour de l’année qui promue les arts et les activités culturelles au Japon. Si vous êtes friand de musées, c’est l’occasion d’en profiter puisque les entrées sont gratuites.
23 : 勤労感謝の日 (Kinrō Kansha no Hi, Fête du travail) : autrefois mis en place pour rendre hommage au riz, le jour du travail célébrerait désormais « la production, le travail et le peuple à la gratitude mutuelle » si on en croit la constitution japonaise.

Décembre
23 : 天皇の誕生日 (Tennō Tanjōbi, Anniversaire de l’empereur) : célèbre la naissance de l’Empereur Akihito né le 23 décembre 1933.

Bien s’organiser

Qui dit jour férié dit parfois magasins fermés !
En effet, certains services du quotidien ne sont pas assurés lors des jours fériés. C’est le cas notamment de la poste et de la banque, mais également de certains restaurateurs de quartier qui ont l’habitude de profiter eux aussi de ces quelques jours de repos.

Bien qu’une grande partie des commerces soient ouverts pendant les jours fériés, prévoir un plan de secours lorsqu’on décide de passer la journée dehors n’est donc pas une si mauvaise idée. Après tout, ce serait dommage d’avoir fait des kilomètres pour se retrouver nez à nez avec une porte close, non ?

Lorsque plusieurs jours de congés se suivent, comme à la Golden Week par exemple, les Japonais en profitent également pour partir en voyage.
Avec l’afflux important de voyageurs qui s’amassent dans les transports durant cette période, les prix des billets de train et d’avion ont rapidement tendance à s’envoler. C’est pourquoi si vous avez prévu de voyager vous aussi à ce moment-là, pensez bien à acheter vos billets à l’avance pour être certain d’avoir une place sans avoir à doubler votre budget transports ! Profitez-en aussi pour vous informer sur les fameux permis de retour pour éviter les mauvaises surprises !

Ces quelques conseils mis à part, les jours fériés au Japon sont une belle occasion d’en apprendre un peu plus sur la culture locale. Alors profitez-en, vous ne travaillerez pas !