Quand on part vivre à l’étranger, on emmène aussi ses habitudes alimentaires avec soi. Que ce soient en termes d’allergies, d’intolérances, ou de préférences, chacun doit pouvoir manger à sa faim tout en respectant le régime alimentaire qui lui convient… même à l’autre bout du monde !

Contrairement à certains pays occidentaux, le régime végétarien n’est pas forcément bien répandu au Japon. Pourtant cela ne veut pas dire qu’on ne peut pas manger végétarien sur l’archipel. Bien au contraire ! Quelques petites astuces, deux ou trois bonnes adresses, et un peu de vigilance pour ne pas consommer de viande à son insu, et toutes les tables du Japon sont à la portée des végétariens !

Ramen végétarien dans un restaurant japonais

Manger dehors

Aller au restaurant au Japon lorsqu’on ne mange ni viande ni poisson peu sembler compliqué de prime abord. Entre les restaurants de sushi, les udon-ya, et les yakiniku, ce n’est pas toujours simple de trouver chaussure à son pied dans un pays où les spécialités locales impliquent généralement des produits d’origine animale. Pourtant, c’est tout à fait possible ! Et de nombreux restaurants sont en réalité adaptés au régime végétarien.

De la traditionnelle pizza Margherita au curry  »végé », les restaurants indiens et italiens ont toujours de quoi sustenter leur clientèle végétarienne. Certaines chaînes de curry japonaises proposent même désormais des menus adaptés aux végétariens comme la chaîne Coco’s Curry, et la plupart des restaurants familiaux comme Yoshinoya ou Gasuto (ガスト) auront toujours un ou deux plats sans viande sur leurs cartes.

D’accord, mais je voulais manger japonais moi ! Pas de problème ! La cuisine traditionnelle s’adapte aussi très bien au régime végétarien pour peu qu’on fasse attention à ce qu’on nous sert.

Dire qu’il n’y a pas de régime végétarien au Japon, c’est faux. Simplement ce n’est pas aussi répandu qu’on le croit. Et pour cause, ce sont les moines qui sont à l’origine de ce régime sur l’archipel.
Connu ici sous le nom de  »Shojin Ryouri » (la cuisine des moines), la cuisine végétarienne japonaise repose sur un principe fondamental du bouddhisme : celui de ne pas ôter la vie.

C’est pourquoi les moines japonais mangent végétarien, voire végétalien ! Les amateurs du tempura de légumes à l’Izakaya, c’est eux ! Plaisanterie mise à part, pas besoin d’aller faire une retraite dans un temple bouddhiste pour manger de la cuisine végétarienne japonaise. Certains restaurants traditionnels en proposent naturellement dans tous leurs menus.

En parlant d’Izakaya, ces derniers sont tout à fait adaptés au régime végétarien. Et comme les Kushiyaki (magasins de brochettes), ces petits restaurants de rue auront toujours quelques plats sans viande ni poisson au menu. Attention cependant aux sauces utilisées qui peuvent parfois contenir des produits d’origine animale.

Enfin, si vous êtes de passage sur Tokyo, voici quelques bonnes adresses où apprécier une cuisine 100 % végétarienne :

Nagi Shokudo (Shibuya) : restaurant très apprécié de la communauté végétarienne de la capitale.

T’s TanTan (Ueno, gare de Tokyo) : établissement populaire pour ses ramen végétariens. À noter que le restaurant de la gare de Tokyo se situe côté quai. Vous devrez donc passer les portes automatiques pour y aller. À réserver peut-être pour un prochain voyage en train ?

Falafel Brothers (Roppongi) : restaurant connu pour ses falafel et autres spécialités du Moyen-Orient.

Ain Soph : avec plusieurs établissements dans tout Tokyo, Ain Soph est un restaurant végétarien incontournable. Chaque succursale a d’ailleurs sa propre spécialité ! Des burgers végans à Shinjuku à la cuisine occidentale à Ginza, il y en aura pour tous les goûts !

Supermarché Konbini Natural Lawson

Faire ses courses

Si vous résidez plusieurs mois sur l’archipel, vous voudrez certainement cuisiner par vous-même pour faire quelques économies.

On peut sans grand mal cuisiner végétarien au Japon. Le riz et le tofu y sont monnaies courantes. Et il y a beaucoup de légumes et de sauces préparées exclusivement à base de végétaux (légumes, pouces, racines, etc.).

En plus des supermarchés qui proposent l’essentiel des produits nécessaires à l’alimentation quotidienne, on trouve de plus en plus de marchés et de supermarchés végans au Japon. Et notamment à Tokyo, où de nombreuses enseignes sont tout particulièrement appropriées à un régime végétarien :

Farmer’s Market (Shibuya) : marché hebdomadaire très apprécié pour ses fruits de saison et ses produits végans.

National Azabu (Hiroo) et Nisshin (Azabu Juban) : supermarchés vendant de nombreux produits végétariens et végans.

Natural House : épicerie fine présente un peu partout à Tokyo, Natural House possède une gamme importante de produits végétariens. À noter cependant que les quantités sont assez petites.

Natural Lawson : branche du Lawson (konbini) spécialisée dans les produits bio, Natural Lawson est présente dans tout le pays.

Les produits à éviter

Bien qu’il y ait tout un tas d’adresses au Japon où on peut manger végétarien les yeux fermés, il faut quand même rester vigilant sur ce qu’on consomme. Et que se soit au supermarché ou dans un restaurant non-végétarien, il y a quelques petites choses auxquelles il va falloir faire attention pour éviter de manger des produits d’origine animale à son insu.

À commencer par l’agedashi tofu ! Ça ressemble à un produit végétarien, ça a le goût d’un produit végétarien, mais ça n’est pas un produit végétarien ! En effet, l’agedashi tofu contient du dashi, un bouillon fait à base d’algues et de bonites séchées qu’on retrouve dans de nombreux plats japonais comme la soupe miso ou les ramen. Amateurs de tofu, faites donc bien attention !

De manière générale, évitez également les pâtes traditionnelles comme les ramen, les soba, et les udon pour la même raison. Si vous désirez néanmoins goûter à ces spécialités, sachez qu’il est tout à fait possible de les préparer à la maison avec du kombu dashi, un bouillon qui ne contient pas de fruits de mer.

Enfin, faites attention aux produits suivants :

– L’ Okonomiyaki : bien qu’il peut être préparé sans viande ni poisson, l’Okonomiyaki est souvent servi avec de la bonite séchée et une sauce qui peut contenir du poisson.
– L’Inari sushi : reconnu comme étant un sushi végétarien, l’Inari sushi contient pourtant parfois du tofu trempé dans du dashi (oui toujours lui !).
– Les sauces toutes préparées des grandes surfaces : ces sauces contiennent souvent des produits d’origine animale. Lisez donc bien la composition de ces sauces avant d’en acheter !

Boutique d'épicerie au Japon

Les phrases de secours

Si vous n’êtes pas certain de ce qui se trouve dans ce que vous avez choisi, n’hésitez pas à demander quelques éclaircissements au serveur ou au responsable de rayon.
Pour cela, un petit « (ingrédient) が はいって いますか ? » (___ ga haitte imasuka ?) accompagné d’un grand sourire sera parfait pour demander si tel ou tel ingrédient est présent dans le produit que vous convoitez.

De même, au restaurant, n’hésitez pas à user du «(ingrédient) なし おねがいします » (___nashi onegaishimasu) pour commander un plat sans l’ingrédient problématique. En général, les cuisiniers n’auront aucun problème à aménager le plat pour qu’il réponde à vos besoins.

Manger végétarien au Japon est donc possible ! Gardez seulement à l’esprit qu’il faut toujours faire attention à ce que vous consommez, et que tout ce qui paraît végétarien ne l’est pas forcément.

Pour en connaître plus sur le Japon, suivez les dernières publication du blog de Go! Go! Nihon.