Plus d’une option de logement s’offre à vous, lorsque vous décidez d’aller vivre au Japon. La première à laquelle on pense, en général, c’est de louer un appartement où vous avez toute votre indépendance, mais qui peut revenir cher. L’option la plus abordable est probablement de vivre dans un dortoir, mais dans ce cas, vous avez zéro intimité. Le meilleur des deux mondes ? La share house ! Une résidence où vous pouvez profiter d’une chambre privée et d’espaces communs pour un prix tout à fait raisonnable !

Une chambre dans une share house au Japon

Choisir une share house

Il faut habituellement commencer les démarches un mois avant d’emménager (donc, pour certains, un mois avant d’arriver au Japon). Go! Go! Nihon est là pour vous aider dans vos démarches, donc aucun soucis ! Votre coordinateur se fera un plaisir de vous envoyer plusieurs options, et en tant qu’étudiant Go! Go! Nihon, vous bénéficierez d’avantages exclusifs. Nous ferons de notre mieux pour trouver les options qui correspondent le mieux à vos besoins. Nous envoyons à tous nos étudiants un formulaire à remplir selon leurs préférences et leur budget avant leur arrivée au Japon.

Avant de remplir ce formulaire, réfléchissez à ce que vous voulez ; les share house viennent en plusieurs formats et types. Certaines sont situées dans de gros immeubles avec une cinquantaine de chambres, d’autres, dans des maisons avec seulement quelques chambres. Les chambres peuvent être privées ou partagées, de style occidental ou traditionnel (avec des tatamis) et elles viennent dans différentes tailles, même dans la même résidence. Certaines share house sont mixtes, d’autres n’acceptent que les filles. Il faut également choisir l’emplacement : directement dans le centre-ville (loyer plus cher) ou à l’extérieur de la ville (à l’inverse, loyer très abordable, mais le transport peut vous revenir très cher si vous l’utilisez quotidiennement pour vous rendre au centre-ville). Avoir une station de train ou de métro à proximité peut également influencer le prix du loyer.

La chambre peut être louée complètement vide ou meublée, en fonction de l’agence. Si elle est meublée, elle devrait inclure : un lit, une penderie (voire un espace de rangement, dans les grandes chambres), un bureau, une chaise, une lampe et, le plus important, l’air climatisé. Dans la plupart des cas, les chambres sont aussi munies d’un petit réfrigérateur.

Les espaces communs, quant à eux, devraient inclurent : salles de douche, toilettes, cuisine, pièce commune et Wi-Fi. Certaines share house ne fournissent pas les douches, les machines à laver et les séchoirs à cheveux gratuitement ; il faut payer à l’usage, en général autour de 100 ¥ à la fois.

Toutes ces variantes influencent le prix du loyer, mais il se situe habituellement entre 50 000 et 90 000 ¥ (environ 400 et 700 euros) et il inclut l’eau, l’électricité, le gaz et le Wi-Fi, ce qui simplifie grandement les choses. Contrairement aux appartements, il n’y a pas de key money (argent donné en cadeau au propriétaire) à payer, mais certaines share house exigent malgré tout un dépôt et des frais de gestion. Donc, globalement, les share house reviennent moins cher que les appartements. En outre, la période de location est plus flexible. Certaines acceptent même des périodes d’un seul mois, bien que la plupart demandent un minimum de six mois. Il est cependant possible de quitter avant la fin de cette période, en échange d’environ un mois de loyer, selon les agences.

Des amis rencontrés dans une share house

Une fois installé

Vous avez trouvé la share house parfaite, (si vous êtes au Japon, je vous recommande fortement d’aller visiter, avant de prendre une décision), vous avez signé le contrat et, enfin, vous avez emménagé ?  Une nouvelle vie commence !

Mais avant tout, n’oubliez pas de communiquer votre lieu de résidence auprès des autorités locales dans les 14 jours suivant votre arrivée au Japon ou votre déménagement. De plus, même meublé, il vous faudra probablement vous procurer une literie, un bol, des assiettes et des couverts. Certaines share house louent des literies ou fournissent tout ce dont vous avez besoin comme ustensiles de cuisine, donc renseignez-vous avant de faire une virée au magasin à 100 ¥ le plus proche.

Ensuite, faites bien attention à respecter les règles de la maison, que ce soit de nettoyer les espaces communs ou de sortir les ordures et le recyclage.

Vivre en share house au Japon vous permet de profiter de l’intimité d’une chambre privée et de socialiser dans les pièces communes. Et en partageant une maison avec d’autres personnes, vous découvrirez un lot d’avantages et d’inconvénients.

D’un côté, vous rencontrerez toutes sortes de personnes de différents pays avec qui vous pourrez partagez vos histoires, votre culture… et votre nourriture ! La meilleure manière de les connaître, c’est d’organiser une fête, un dîner commun ou même une soirée de films. Dans ma seconde share house, nous nous sommes souvent rassemblées pour faire un sushi ou un okonomiyaki party et c’était l’occasion idéale pour discuter et se remplir la panse. De plus, il est dit que 50 % des locataires sont japonais, vous pourrez donc en profiter pour pratiquer votre japonais et vous faire des amis.

D’un autre côté, vivre avec d’autres personnes n’est pas toujours une partie de plaisir, surtout si certains d’entre eux ne nettoient pas derrière eux ou prennent beaucoup de temps sous la douche. Dans ma première share house, nous avons même eu un voleur de nourriture et rien n’est plus désagréable, croyez-moi ! J’ai également pu connaître les « talents » musicaux de mon voisin de chambre qui jouait de la basse jusqu’à une heure du matin. Et pour en revenir aux Japonais, il faut que je souligne que le concept de partager une maison avec des inconnus n’est pas très répandu au Japon. De ce fait, il arrive souvent que les locataires japonais soient timides et hésitent à parler anglais, surtout entourés d’étrangers. La meilleure chose à faire est de leur parler en japonais, même si votre niveau est très débutant : tous les efforts sont appréciés !

Si vous voulez absolument avoir l’occasion de parler japonais dans votre share house, c’est facile ! Il suffit de le mentionner dans le formulaire d’arrivée envoyé par Go! Go! Nihon. Nous saurons vous présenter des agences qui maintiennent un taux élevé de locataires japonais.

Les share house au Japon sont l’option idéale pour socialiser tout en ayant l’intimité d’une chambre privée. Je vous recommande chaudement d’essayer ; c’est très simple, tout est inclus et vous aurez toujours quelqu’un sur qui compter en cas de problème.

Pour en connaître plus sur le Japon, suivez les dernières publication du blog de Go! Go! Nihon.