Le kimono japonais : le style Japonais à travers les siècles

Temps de lecture: 6 minutes

Le kimono japonais est un vêtement typique traditionnel japonais qui, malgré l’évolution de la mode au fil des ans, est toujours considéré comme une icône du Japon. Signifiant littéralement “chose portée [sur soi]“, il a occupé une place importante dans l’histoire du Japon en tant que vêtement de choix pour une grande partie de la société.

L’histoire du kimono japonais

Il existe des documents attestant qu’au IIIe siècle, les hommes et les femmes portaient un seul vêtement. Ce vêtement constitue le point de départ du kimono japonais tel que nous le connaissons aujourd’hui. Pour les femmes, il a commencé sous la forme du kantoi, un vêtement sans manches. Il a ensuite évolué vers le kosode, qui avait de petites manches.

Beaucoup de ces vêtements à l’époque étaient encore influencés par la culture chinoise et au fur et à mesure de son évolution vers une confection plus spécifiquement japonaise, il s’est adapté à chaque époque. La longueur des manches a changé et les différentes couches ont également évolué pour devenir plus confortables.

La différence de style entre les vêtements masculins et féminins a davantage varié au fur et à mesure que la société évoluait pendant la période Edo (1603-1868). Les vêtements masculins, et en particulier le kimono, continuaient à être plus fonctionnels et les couleurs étaient souvent plus discrètes. Les femmes étant considérées comme faisant partie du côté “privé” de la société, elles étaient libres de choisir leurs couleurs et leurs styles, dans la mesure où elles étaient peu exigeantes sur le plan pratique.

Le kosode est finalement devenu le kimono à l’ère Meiji (1868-1912) et les changements ont été davantage axés autour des motifs et de la façon de porter un kimono plutôt que sur des changements majeurs dans la coupe du vêtement lui-même.

Le kimono est surtout associé aux geishas, qui portent leur kimono avec élégance et professionnalisme lorsqu’elles reçoivent leurs invités. Pour en savoir plus sur les geishas, lisez notre article ici.

Les différents éléments

Si les styles ont changé au fil des ans et les éléments qui constituent le kimono ont évolué au fil de l’histoire. Les éléments actuels qui composent la tenue sont restés largement inchangés depuis la période Edo.

Kimono

La partie principale du vêtement est constituée d’un seul rouleau de tissu appelé tanmono. Il s’étend sur 13 mètres de long et est ensuite divisé en 8 parties pour constituer la pièce principale.

Un collier décoratif, ou haneri, permet de protéger le col du kimono de la saleté et est attaché au nagajuban, une simple robe portée sous le kimono.

Les hommes portent également un hakama, c’est-à-dire un pantalon traditionnel à coupe large.

Obi

C’est la longue ceinture qui maintient le kimono en place. Comme l’obi peut souvent être long, rigide et noué de manière assez complexe pour assurer que le kimono soit correctement fermé, il y aura parfois une cordelette appelée koshihimo en dessous pour bien maintenir le kimono en place. L’obiage est un tissu ressemblant à une écharpe porté au-dessus de l’obi.

Le style et la couleur de l’obi peuvent varier tout autant que le kimono lui-même, et la méthode utilisée pour le nouer a également varié au fil du temps. Il nous serait possible d’écrire un tout autre article sur les différents types et styles d’obi !

Obijime

Un cordon décoratif tressé qui est noué à l’extérieur de l’obi. Il peut également être décoré d’une broche ou d’une ornementation, appelée obidome.

Geta

Ce sont les sandales en bois à semelle surélevée, souvent portées avec un kimono ou un yukata. Vous pouvez également trouver des personnes portant des zori, qui sont comme des geta mais ne sont pas surélevées et peuvent être faits de paille de riz, de bois, de cuir, de tissu, de caoutchouc ou de matériaux synthétiques.

Haori

Il s’agit d’un petit manteau du même style que le kimono qui était traditionnellement porté par les hommes, mais qui a depuis été démocratisé par les femmes également. Il existe différents types de haori – à noter le happi, un manteau souvent porté par les commerçants arborant une marque ou un kanji.

Ils sont souvent noués sur le devant avec deux courtes cordes appelées haori himo.

Tabi

Ce sont les chaussettes dotées d’une séparation entre les gros orteils et les autres orteils pour permettre à celui qui les porte de garder ses pieds au chaud tout en portant confortablement ses getas. Il existe de nombreux autres accessoires qui accompagnent le kimono, dont beaucoup ont un usage utilitaire pour leur porteur et beaucoup d’autres sont purement décoratifs.

Substance et style

La pièce principale du kimono est traditionnellement faite de soie et tissée à partir de fils teints. Au fil du temps, différentes techniques ont été utilisées pour créer les motifs des kimonos, allant du shibori (teinture japonaise) à la broderie et même à l’impression. Les premiers motifs étaient teints à la main ou au pochoir.

Les motifs et les couleurs étaient souvent des indicateurs du statut social, ainsi que de la situation générale. Au cours du XXe siècle, les motifs ont davantage évolué et se sont développés au fur et à mesure que les tendances dans le monde ont évolué. Il existe encore quelques signes de statut social, mais ils sont moins spécifiques.

Il existe également quelques symboles et couleurs communs qui n’ont pas changé au fil des ans :

Grues

Bien qu’elle soit un animal bien réel, la grue est un animal courant dans la mythologie et est considérée comme vivant depuis des milliers d’années sur la terre des immortels, d’où son association à la longévité et à la bonne fortune.

Fleurs de cerisier

Bien qu’il puisse être porté toute l’année, les fleurs de cerisier, ou sakura, sont associées au printemps et à une bonne récolte.

Pour en savoir plus sur les fleurs de cerisier et leur signification, cliquez ici.

Canard mandarin

Ces canards sont considérés comme inséparables au Japon et constituent un motif courant sur les robes de mariée.

Chrysanthème

Une fleur bien connue au Japon qui est aussi la fleur nationale. C’est un autre symbole de longévité et de chance pour la saison des récoltes. Cependant, le chrysanthème blanc est associé aux funérailles et à la mort, et peut donc prendre une tournure très défavorable si vous choisissez le mauvais !

Violet

La couleur violette symbolise l’amour éternel. Elle provient de la plante utilisée pour la teinture violette car elle a de longues racines et s’établit bien dans le sol, ce qui suggère la permanence.

Rouge

C’est une couleur populaire auprès des jeunes et elle symbolise en soi le glamour et l’attrait.

Récits populaires

Il s’agit là moins d’un motif spécifique mais plutôt d’un thème récurrent. Les kimonos qui sont conçus pour dégager un air plus sophistiqué représentent souvent des scènes de paysage ou du folklore japonais.

Influence sur le monde

Lorsque le Japon s’est ouvert au monde au XVIIIe siècle, l’inspiration du Japon a voyagé avec les bateaux de commerce. En conséquence, la mode japonaise a influencé diverses parties de la mode européenne dans le cadre du mouvement japonisme.

Aujourd’hui encore, le kimono continue d’influencer les créateurs de mode du monde entier. Alexander McQueen est l’un des plus grands admirateurs du kimono, qu’il a intégré à ses gammes de vêtements au fil des ans.

Sur une note plus légère, le kimono japonais a influencé de nombreux costumes de la série Star Wars, le modèle original étant lui-même fortement influencé par le film d’Akira Kurosawa “La forteresse cachée”. George Lucas s’est inspiré de nombreux éléments de la culture et du cinéma japonais.

Le kimono japonais aujourd’hui

De nos jours, le kimono japonais a tendance à être réservé aux occasions plus formelles et le yukata est plus souvent porté lors des festivals, car c’est une alternative plus légère et moins chère.

Pour en savoir plus sur la façon et le moment de porter un yukata, lisez notre article ici.

Ils sont aussi parfois fabriqués dans des tissus plus synthétiques car la soie est chère. Certains créateurs de mode au Japon l’ont adapté à la vie quotidienne des jeunes de manière plus inventive et, avec quelques expositions dans le reste du monde, il est en train d’être revisité comme symbole du Japon.

Vous pouvez même vous procurer des kimonos d’occasion assez bon marché à Harajuku, alors pourquoi ne pas vous faire plaisir et voir quelle touche unique vous pouvez donner à ce vêtement traditionnel !

Vous voulez en savoir plus sur la culture japonaise ? Lisez nos articles sur notre blog.

Partagez cet article

Go! Go! Nihon

Articles Liés

Conseils pratiques
Conseils pratiques