Une grande partie de ce que l’on entend sur la culture professionnelle japonaise a tendance à se concentrer sur une chose : des longues heures de travail peu valorisantes et le surmenage. Pourtant, il existe en réalité de nombreux aspects uniques de la culture professionnelle japonaise qui sont très attrayants pour les étrangers, surtout si vous espérez un jour travailler pour une entreprise japonaise au Japon.

Notez que ces exemples ne sont que quelques-unes des traditions et pratiques les plus courantes que vous pouvez trouver dans une entreprise japonaise, mais chaque entreprise est différente et aura une culture et un mode de fonctionnement différents.

La culture Senpai et kōhai

Senpai 先輩 signifient « l’élève de classe supérieure » tandis que kōhai 後輩 signifient « l’élève de classe inférieure ».Ces hiérarchies imprègnent toutes les interactions dans la société japonaise, et pas seulement au travail. Un senpai est généralement plus âgé et de plus haut rang, ou est dans l’entreprise depuis plus longtemps. Ils jouent généralement le rôle de mentor pour le kōhai, bien qu’en réalité, tous les senpai ne soient pas aussi généreux ou sincères dans le mentorat de leurs jeunes collègues.

Cette hiérarchie dicte toutes sortes de règles implicites dans la culture professionnelle japonaise, notamment la place que vous occuperez à la table de réunion, la façon dont vous vous conduirez lors des soirées alcoolisées et le niveau de politesse à appliquer.

En tant qu’étranger dans une entreprise japonaise, toute l’étiquette entourant la culture de senpai et kōhai peut-être déstabilisante, mais c’est quelque chose que vous apprendrez rapidement une fois que vous serez dans cet environnement.

La ponctualité

Il est crucial d’être à l’heure au Japon. Vous le constaterez dans votre vie quotidienne lorsque vous empruntez les transports en commun, où les trains respectent un horaire précis et où le moindre retard suscite de nombreuses excuses. Le retard est considéré comme un énorme désagrément pour les personnes qui attendent. Ainsi, lorsque votre patron vous dit que la réunion est à 9 heures, vous devez en réalité être prêt pour 8h50 (mais vous commencez à 9 heures). Il en va de même pour vos horaires de travail : vous êtes ponctuels si vous arrivez au moins 10 minutes plus tôt que l’heure officielle de votre journée de travail.

Notez que, paradoxalement, cette ponctualité ne s’étend pas forcément jusqu’à la fin des réunions et vous pourriez vous retrouver assis dans une salle de réunion bien plus longtemps que vous ne l’espériez !

Échanger des cartes de visite

Savoir comment échanger des meishi 名刺 est très important dans la culture professionnelle japonaise. Comme de nombreux autres aspects de la vie professionnelle au Japon, le processus d’échange de cartes de visite dépendra du rang et de l’ordre. Cela détermine qui donne sa carte en premier, c’est-à-dire que les employés de rang supérieur échangent leurs cartes en premier et descendent ensuite dans les rangs.

On pourrait écrire un livre entier sur toutes les subtilités des échanges de cartes de visite, mais voici les choses importantes à ne jamais faire :

  • Rangez immédiatement vos cartes de visite dans votre poche ou votre portefeuille. C’est un signe d’irrespect envers la personne qui vous l’a donnée. La pratique normale est de les conserver à l’extérieur pendant toute la durée de la réunion, dans l’ordre où les participants sont assis.
  • Ne pas lire la carte lorsque vous la recevez. S’il est normal, en dehors du Japon, de jeter un coup d’œil rapide à la carte de visite d’une personne lorsqu’on la reçoit, il est important, au Japon, de la lire attentivement.
  • Ne pas présenter votre carte avec le recto face au destinataire. Votre meishi est essentiellement votre « visage », donc ne le couvrez pas ou ne le cachez pas.
  • Couvrir la carte de votre interlocuteur avec vos mains. Le « visage » de votre interlocuteur est plus important que votre propre « visage », alors assurez-vous de ne pas couvrir le recto de sa carte avec vos mains.
  • Ne pas avoir de cartes de visite à donner. Veillez toujours à avoir suffisamment de cartes de visite sur vous lorsque vous allez à une réunion. Si vous vous retrouvez dans une situation où vous n’avez pas de cartes à donner, vous pouvez dire que vous n’en avez plus et que vous allez en faire imprimer d’autres. Mais en réalité, tout le monde sait ce que ce prétexte signifie vraiment !

Acheter des omiyage

Le mot « omiyage » お土産, se réfère à un souvenir (généralement comestible) que vous achetez comme cadeau lorsque vous voyagez quelque part. Vous trouverez des magasins d’omiyage partout au Japon et il est de coutume d’acheter une boîte de confiseries ou de snacks locaux joliment emballés pour vos collègues lorsque vous quittez la ville. Selon la mentalité de l’entreprise, il pourrait être considéré extrêmement impoli de ne pas rapporter d’omiyage pour vos collègues. Dans certaines entreprises, l’achat d’omiyage est également un moyen pour les employés de témoigner leur reconnaissance pour avoir été autorisés à prendre des vacances.

Donner ochūgen et oseibō

Ochūgen 御中元 et oseibō 御制帽 font référence à la tradition saisonnière des échanges de cadeaux, qui consiste à envoyer un cadeau à un client ou à un partenaire commercial pour le remercier de la relation professionnelle qu’il entretient avec vous. Ochūgen est généralement envoyé en été, en juillet, tandis que oseibō est envoyé en décembre.

On envoie aussi ces cadeaux en dehors du cadre professionnel lorsqu’on souhaite témoigner sa gratitude à quelqu’un.

Participer à un nomikai

Nomikai 飲み会 est une soirée ou l’on peut boire à volonté, très spécifique à la culture japonaise et qui se déroule dans un contexte professionnel. Bien que personne ne vous oblige à assister à un nomikai, on attend de vous que vous le fassiez pour établir de bonnes relations avec les autres membres de votre entreprise.

Envoyer nengajō

Nengajō 年賀状 sont des cartes de vœux du Nouvel An que les gens envoient, tout comme vous pourriez envoyer chaque année des cartes de Noël à vos collègues, amis et famille. Elles sont envoyées entre collègues, ainsi qu’aux clients et partenaires commerciaux.

Les cartes représentent souvent l’animal du zodiaque chinois du nouvel an. Par exemple, les cartes de 2020 représentaient le rat et celles de 2021 représenteront le bœuf.

Parmi les expressions les plus courantes figurant sur ces cartes, on peut citer:

明けましておめでとうございます
Akemashite omedetōgozaimasu
Bonne année !

昨年はお世話になりました
Sakunen wa osewa ni narimashita
Merci pour votre soutien l’année dernière.

今年もよろしくお願いします
Kotoshi mo yoroshiku onegaishimasu
Je me réjouis de travailler à nouveau avec vous cette année.

En apprendre davantage sur la façon dont le Nouvel An est célébré au Japon.

Un emploi à vie

Dans votre pays d’origine, il peut être normal et acceptable de changer plusieurs fois de métier au cours de votre vie, mais cela est parfois mal vu au Japon. À la place, les travailleurs japonais acceptent un contrat de travail à vie, ou shūshin koyō 終身雇用, où ils sont censés rester dans une entreprise jusqu’à leur retraite. Ce système a été très populaire tout au long du XXe siècle, mais de nombreuses entreprises ont abandonné cette tradition à la suite de la crise économique mondiale de 2007, lorsqu’elles ont dû licencier de multiples salariés. De plus, les jeunes obligent les entreprises à changer, de plus en plus de jeunes diplômés quittant leur premier emploi dans les trois ans qui suivent.

Il existe de nombreuses autres traditions, pratiques et règles d’étiquette dans la culture professionnelle japonaise. Mais ce sont les plus courantes que vous êtes susceptible de rencontrer si vous travaillez pour une entreprise japonaise. Comme nous l’avons mentionné au début de cet article, chaque entreprise est différente, alors soyez vigilant et soyez attentif au comportement de vos collègues et demandez si vous avez des doutes sur quelque chose. C’est aussi un processus d’apprentissage, alors ne vous inquiétez pas trop de ne pas tout savoir tout de suite.

Si vous souhaitez travailler au Japon, il est essentiel de connaître le japonais des affaires pour réussir dans le milieu professionnel japonais. La communication sera plus facile et vous pourrez ainsi mieux comprendre la mentalité professionnelle de votre entreprise. En partenariat avec l’Intercultural Institute of Japan, nous proposons des cours de japonais sur les affaires en ligne où vous apprendrez les compétences linguistiques nécessaires en milieu professionnel. Comment utiliser correctement le japonais formel et poli, comment communiquer par mail et par téléphone et comment se comporter lors de réunions professionnelles.

Pour en savoir plus sur le cours et vous inscrire, cliquez ici.