Se repérer au Japon : lire une adresse japonaise

Temps de lecture: 4 minutes

S’il est assez facile de trouver des recommandations d’endroits à visiter au Japon ainsi que les instructions pour y aller, trouver l’adresse de l’endroit en lui-même une fois dans la rue peut s’avérer un peu plus difficile. Surtout lorsqu’on ne lit pas le japonais ! Afin d’éviter les pertes de temps, voici donc un petit guide pour se repérer au Japon comme un pro.

Les adresses japonaises

Tout d’abord, regardons un peu comment se structure une adresse au Japon. Comme il n’y a généralement pas de nom de rue (Kyoto et Sapporo étant deux exceptions à la règle), la lecture d’une adresse japonaise sera totalement différente de celle d’une adresse occidentale.
Au Japon les adresses commenceront alors toujours par le code postal, suivi de l’élément géographique le plus large (préfecture, arrondissement, etc.), avant de terminer par les éléments de l’adresse les plus spécifiques comme le nom de l’appartement ou le numéro de chambre.

L’écriture en Rōmaji 

Lorsque qu’elle est écrite en rōmaji (l’alphabet romain), l’adresse japonaise aura un ordre d’écriture inverse à celui en caractères japonais. C’est pourquoi elle commencera cette fois-ci par le nom de l’appartement ou de l’immeuble, pour terminer par le nom de la préfecture et le code postal. Si vous désirez taper une adresse japonaise sur Google Maps, c’est donc dans cet ordre qu’il faudra le faire.

Prenons un exemple !

Voici l’adresse des locaux de Go! Go! Nihon en rōmaji et avec les caractères japonais :
Rōmaji:  3-13-3 3F Seiwa Ikebukuro building, Higashi-Ikebukuro, Toshima-ku, Tokyo-to 170-0013
Kanji: 〒170-0013 東京都豊島区東池袋3-13-3 星和池袋ビル 3階

Map GGN office

Nous allons maintenant la décomposer et en expliquer les différentes parties.

1. Le code postal

〒170-0013
Voici le code postal. Le (〒) représente le symbole de la poste japonaise (similaire au katakana テ te), et sera suivi de 7 chiffres (NNN-NNNN) comme tout bon code postal japonais.

2. La préfecture

Le Japon se divise en 47 préfectures (県, ken). La préfecture est la deuxième partie de l’adresse, et s’écrira généralement 県 (ken), comme la préfecture de Tochigi par exemple: 栃木県 (Tochigi-ken). Cependant, il faut noter quelques exceptions :
• Tokyo n’est pas une préfecture à proprement parler, mais une mégalopole (都, to). La mégalopole de Tokyo s’écrira alors : 東京都 (Tokyo-to)
• Au Japon, Osaka et Kyoto sont considérées comme des “préfectures urbaines” (府, fu). La préfecture urbaine d’Osaka s’écrira alors : 大阪府 (Osaka-fu)
• Hokkaido est bien une préfecture, mais elle prend le suffixe du chemin (道, dō). Suffixe qui est d’ailleurs déjà compris dans le nom d’Hokkaido: 北海道

3. Les municipalités (ville/arrondissement/comté)

La troisième partie d’une adresse japonaise se compose de la ville (市, shi), de l’arrondissement (区, ku) ou du comté (郡, gun).
Le nom d’une ville sera alors suivi du suffixe (市), comme la ville de Yokohama (横浜市, Yokohama-shi).
Les villes les plus grandes se diviseront quant à elles en sections plus petites, sections qu’on appellera ‘’arrondissement’’. C’est pourquoi Tokyo se divise en 23 arrondissements spéciaux (特別区, tokubetsu-ku), communément appelés ‘’arrondissement’’ (区, ku), tel que l’arrondissement de Shinjuku (新宿区, Shinjuku-ku).
Enfin, on désignera les zones plus petites et moins peuplées par ‘’comté’’ ou ‘’district’’ (郡, gun). On trouvera alors généralement ce genre de suffixe dans une adresse rurale, comme le district de Gunma (群馬郡, Gunma-gun) dans la préfecture de Gunma.

4. Les Petites villes/Villages

En plus de cela, de nombreuses adresses au Japon se divisent en éléments géographiques encore plus petits comme les villes de petite taille (町, machi/chō) et les villages (村, mura/son).
Sakuragi-chō (桜木町) à Yokohama en est un exemple parfait. L’adresse de sa gare sera ainsi: 神奈川県横浜市中区桜木町, ce qui peut se traduire par: Préfecture de Kanagawa, ville de Yokohama, arrondissement de Naka, (petite ville de) Sakuragi.

5. Le district urbain

Les grandes villes japonaises sont souvent divisées en districts urbains (丁目, chōme). Ces derniers sont souvent assignés en fonction de leur proximité avec le centre-ville, et seront toujours précédés d’un nombre lorsqu’on les lit, comme dans 3丁目 (san-chōme) par exemple qui signifie troisième district urbain.

6.Le bloc urbain

Juste après le district, arrive en général le numéro de bloc urbain (番地, banchi). Comme le chōme, le banchi est précédé d’un nombre. Les blocs urbains peuvent alors être de formes irrégulières, et ne suivent pas d’ordre précis pour leur localisation. Et pour cause, ils sont numérotés selon l’ordre dans lequel on les a enregistrés administrativement !

7. Le numéro de maison

Les maisons et bâtiments sont généralement désignés par un numéro (号, gō). L’ordre des numéros dépend alors de l’ordre dans lequel ont été construit les bâtiments, ce qui fait que les numéros ne se suivent potentiellement pas dans une même rue. Parfois, le est même attribué en suivant le sens des aiguilles d’une montre au sein du bloc urbain.

A noter d’ailleurs que les trois dernières parties que nous venons de voir (district, bloc et numéro de maison) sont généralement écrites en ne reprenant que des numéros, comme 3丁目-3-13 par exemple, au lieu de 3丁目3番地13号, qui désignera la maison numéro 13 dans le troisième bloc du troisième district de la ville.

8. Le nom du bâtiment et son numéro

Si la maison ou le bâtiment a un nom bien spécifique, ce dernier suivra généralement le numéro de maison.
Par exemple, Ichiran ramen à Shibuya est localisé à l’adresse suivante : 東京都渋谷区神南1丁目22−7 岩本ビルB1F (Tokyo-to, Shibuya-shi, Jinnan, 1-chōme−22−7 岩本ビルB1F). Ce qui signifie qu’il est localisé à l’étage B1 du bâtiment Iwamoto.
Pour les appartements, le numéro de maison (ou le nom du bâtiment) sera suivi du numéro de l’appartement. Ce dernier sera alors ajouté à la fin de l’adresse, à la suite du numéro de district, du bloc et du numéro de maison. C’est pourquoi, si l’adresse ci-dessus référait à un appartement, son adresse pourrait être 3丁目-3-13-502, où 502 serait le numéro d’appartement.

Les exceptions

Pour terminer, parlons brièvement des exceptions.

En effet, certaines villes comme Kyoto ou Sapporo n’appliquent pas le format national de l’adresse japonaise. Pour en savoir un peu plus à ce sujet, n’hésitez donc pas à consulter ce petit guide sur Wikipédia qui reprend en détails le système des adresses postales en vigueur dans chaque zone du Japon.

En espérant que cet article vous aura été utile, n’hésitez pas à suivre notre blog sur Go! Go! Nihon pour retrouver encore plus de conseils et d’informations sur la vie au Japon !

Partagez cet article

Go! Go! Nihon

Articles Liés

Conseils pratiques
Culture japonaise
Vivre au Japon