La cérémonie du thé a une histoire vieille de plusieurs centaines d’années sur l’archipel. Si aujourd’hui elle est avant tout considérée comme un art traditionnel, de nombreux Japonais s’y intéressent toujours. Et même certains étrangers, pour qui percer les codes de cet art très ritualisé permet d’en apprendre un peu plus sur la culture japonaise.

Un art très spirituel

Littéralement « voie du thé », la cérémonie du thé dite sadô (茶道) ou chanoyu (茶の湯) en japonais, est un art traditionnel emblématique de la culture japonaise. Et notamment du savoir-vivre nippon !

Consistant à souhaiter la bienvenue aux invités lors d’une cérémonie où les hôtes leur offrent du thé et des pâtisseries traditionnelles très sucrées (le sucre permettant ici de contrecarrer l’amertume du thé vert), la cérémonie du thé est un véritable moment de communion entre les différents participants : non seulement elle permet d’accueillir les personnes que l’on reçoit chez soi, mais elle permet également de partager un moment de spiritualité avec ces derniers.

Car avant d’être un acte d’hospitalité, la cérémonie du thé a longtemps été considérée comme un moyen de parfaire sa concentration. C’est pourquoi elle était prisée des samurai et des moines bouddhistes, pour qui son esthétisme codifié était un bon moyen d’entretenir la rigueur nécessaire à leurs activités.

Il faut dire aussi que cet art délicat a une longue tradition spirituelle derrière lui !
Importé de Chine par des moines, le thé a d’abord été utilisé comme plante médicinale par ces derniers avant de devenir l’élément central d’une cérémonie. Les principes de la cérémonie du thé moderne ont d’ailleurs été fondés par l’un d’entre eux au XVIe siècle, Sen no Rikyu, qui devint le premier maître de la cérémonie du thé au Japon, et dont les préceptes inspirés du zen font encore autorité aujourd’hui dans les différentes écoles qui se sont développées autour de cet art très particulier.

Vue d'un bol utilisé dans la cérémonie du thé

L’esthétisme japonais à son paroxysme

De par son origine spirituelle, la cérémonie du thé est profondément enracinée dans la culture locale.

Elle rend notamment compte de valeurs très importantes pour comprendre l’hospitalité nippone, et sa mise en œuvre est censée apporter paix et sérénité de l’esprit à l’ensemble de ses participants.

Pour cela, elle repose sur quatre principes inhérents à la voie du thé (敬 清寂 keisei) développés par Sen no Rikyu lui-même : l’harmonie (和), qui passe aussi bien par la coordination des couleurs utilisées dans la décoration qui varie en fonction des saisons, que par l’osmose des sentiments ressentis par les participants ; le respect (敬), qui comprend celui des individus présents mais également des règles qui doivent être suivies à la lettre ; la pureté (清), et la simplicité des gestes impliqués dans le rituel ; et la tranquillité (寂) qui s’installe au fur et à mesure de la cérémonie.

De par la simplicité de ses gestes et de ses ustensiles, la cérémonie du thé rend également compte d’un autre précepte prépondérant à la culture japonaise : le concept de wabi-sabi (寂).
Étroitement lié au bouddhisme zen, le wabi-sabi est un concept esthétique caractérisé par le goût pour les choses éphémères et la simplicité. Il prône ainsi une sobriété pouvant influencer positivement l’existence, et a donc toute sa place dans la cérémonie du thé qui ne s’encombre pas de superflus.

Les ustensiles utilisés dans la cérémonie du thé

Un art extrêmement codifié

Bien que le déroulement de la cérémonie du thé varie selon les différentes écoles de pensée qui la pratique, on retrouve souvent les mêmes éléments dans son processus. Des étapes clefs, qu’on vous décrit brièvement ici :

  • La première étape de la cérémonie du thé est très spirituelle. Elle consiste essentiellement pour les invités à se vider de leurs pensées négatives et à se préparer spirituellement à recevoir les bienfaits de la cérémonie en marchant le long du sentier qui mène à la maison de thé, le Roji (路地).
  •  Une fois arrivés à la maison de thé, les convives doivent alors se purifier physiquement en se lavant les mains, et doivent enlever leurs chaussures avant de pénétrer dans les lieux.
  • La cérémonie du thé peut durer jusqu’à quatre heures. Elle est généralement précédée d’un repas traditionnel, le kaiseki, et se termine par les salutations entre les participants. Entre ces deux moments, les invités ne sont pas autorisés à quitter la maison de thé.
  • Le repas terminé, le maître du thé va sonner cinq fois le gong pour inciter les convives à entrer dans la salle où se déroulera la cérémonie. Ces derniers doivent alors s’asseoir en seiza (les fesses sur les talons) et attendre patiemment que le rituel ne débute.
  • Une fois installé à son tour, le maître du thé nettoie ses ustensiles. Bol à thé, agitateur, cuillère en bambou et chauffe-eau, tout doit être minutieusement purifié avant que les choses sérieuses ne commencent.
  • Habituellement, le thé utilisé sera du matcha. Une fois préparé par le maître, il sera tendu au premier invité (généralement l’invité principal), qui l’acceptera à deux mains avant de le déguster.
  • La dégustation est elle-même codifiée puisque l’invité doit tourner son bol deux fois à droite avant de le porter à ses lèvres.
  • Les bols sont ensuite passés d’invité en invité.

Si les principes décrits ci-dessus ne sont qu’un bref condensé de ce rituel très complexe, sachez qu’il existe également des cérémonies moins lourdes auxquelles les étrangers peuvent même participer, et où chaque étape est expliquée une à une pour permettre l’immersion du participant dans le monde fascinant de la voie du thé. Ces cérémonies durent alors environ une heure, chaque convive a sa propre tasse, et des wagashi (des douceurs japonaises) sont distribués aux participants pour atténuer l’amertume de la première gorgée de thé.

Si vous voulez vous aussi participer à l’une de ces cérémonies, sachez que de nombreuses maisons de thé de Kyoto proposent des démonstrations ou des cérémonies de courte durée. A Tokyo, il y a également quelques événements culturels organisés par la ville où la cérémonie du thé est mise à l’honneur.

Enfin, si vous faites partie des étudiants venus au Japon grâce à Go! Go! Nihon, notez que vous pouvez participer à l’un de nos cours de langue via StudyTrip où un atelier sur la cérémonie du thé est également inclus.