Le tempura léger et croustillant, le riche et réconfortant riz au curry, l’omurice délicat. Il existe une multitude de plats typiques qui nous viennent en tête quand on pense à des plats traditionnels japonais.

Mais, vous seriez surpris de savoir la véritable origine de ces plats populaires car en fait beaucoup d’entres eux sont appelés Yōshoku (洋食) ,ou nourriture occidentale, au Japon.

Ce terme est utilisé depuis l’ère Meiji (fin du 19ème siècle) pour décrire toutes sortes de nourriture japonaise avec une origine occidentale. Si un plat s’écrit en katakana et pas en kanji, il ne s’agit probablement pas de washoku (和食), ou cuisine traditionnelle japonaise.

Donc, est-il possible que vous ayez mangé de la nourriture occidentale tout ce temps ?

Est-ce que la Yōshoku est de la cuisine traditionnelle japonaise?

La Yōshoku est de la nourriture japonaise influencée par la cuisine des pays occidentaux. Donc, vous mangez bien de la nourriture japonaise ! Mais, il ne s’agit pas de cuisine occidentale authentique ni de washoku japonais.

Avant le début du 19ème siècle, le poisson et les légumes étaient la base de la cuisine japonaise. Mais, les chefs japonais se sont mis à pratiquer la façon de cuisiner occidentale tout en incorporant une touche unique japonaise.

Apprenez-en plus sur ces plats « fusion » populaires ci-dessous !

Gyōza 

Les Gyōza (ギョーザ), sont des raviolis à la japonaise originaires de Chine. En effet, les soldats japonais ont découvert ces raviolis à la pâte épaisse farcis à la viande durant la Seconde Guerre Mondiale. Ils ont ramené avec eux quelques recettes tout en changeant certains aspects de celles-ci.

En effet, au Japon, ces raviolis délicieux ont un enrobage plus fin grâce à des machines spéciales qui sont devenues la norme pour faire le gyōza. La farce est essentiellement la même : du porc, de la ciboulette et du choux. Mais, la façon de faire japonaise met l’accent sur le goût d’ail. 

La cuisson à la japonaise est différente également car on fait toujours sauter les gyōza. En chine, les raviolis peuvent être sautés, cuits à la vapeur ou bouillis.

riz au curry

Riz au curry

Le Karēraisu (カレーライス) est un plat de curry et de riz mélangés avec différentes viandes et des légumes. Ce sont les officiers indiens de la Marine Royale Anglaise qui ont importé ce plat au Japon à la fin du 19ème siècle. 

La marine japonaise a beaucoup apprécié ce plat et le riz au curry s’est implanté petit à petit dans les cafétérias japonaises en commençant par celles de la marine et de l’armée puis celles des écoles publiques au début des années 1900. Le goût d’origine du curry ramené par les anglais a été changé pour s’adapter au palais des japonais. Le curry japonais est en effet plus doux, plus épais et moins épicé.

De nos jours, le riz au curry est un plat présent dans tous les foyers au Japon et il est rare de trouver une maison au Japon qui n’a pas de cube de curry à portée de main !

tempura de crevette

Tempura 

Au milieu du 16ème siècle, les missionnaires et marchands portugais arrivèrent à Nagasaki et ramenèrent avec eux la première version du tempura (天ぷら). Avant cet événement, au Japon, un aliment frit n’était jamais enrobé de pâte ou simplement avec un peu de farine de riz. 

À partir du 17ème siècle, les chefs japonais changèrent la façon de faire le tempura pour s’accorder au goût des japonais. La préparation est faite avec peu d’ingrédients et mélangée avec de l’eau froide. Il en résulte une préparation légère et aérienne qui fait du tempura actuel un mets délicat.

côtelettes de katsu sur du riz

Katsu

Le Katsu (カツ) a comme origine le plat français de veau recouvert de chapelure et frit dans du beurre appelé côtelette de veau. À la fin du 19ème siècle, le restaurant Rengatei voulait adopter ce plat. Mais, les chefs trouvaient qu’une friture dans du beurre est beaucoup trop riche pour les goûts japonais.

On adapta donc le concept de ce plat avec le type de friture à l’huile utilisé pour le tempura. On remplace également le veau par un morceau de porc moins onéreux. En fin de compte, cette côtelette de porc légère et croustillante est souvent servie avec du choux râpé et une sauce tonkatsu (豚カツ), très similaire à la sauce Worcestershire. 

Il est également possible de savourer le katsu avec du curry (katsukare, カツカレー), dans un sandwich (katsusando カツサンド) ou sur du riz avec un œuf et des oignons (katsudon カツ丼).

Vous pouvez en lire plus sur le katsu dans notre article et notamment quel est le rapport entre le katsu et le fait de gagner.

omurice

Omurice 

Le prix pour la yōshoku avec l’origine la plus mystérieuse revient à l’omurice (オムライス). En effet, on ne sait pas vraiment d’où vient cette omelette au ketchup et au riz. Le restaurant Tokyo Rengatei (ce même restaurant qui a créé le katsu) et le Hokkyokusei de Osaka revendiquent tous deux la création de ce plat. 

Ce qui est certain c’est que cette omelette à la japonaise a une texture spécifique et délicate avec une présentation attractive. Ce mets délicieux est un plat très répandu dans les restaurants partout au Japon et vous le trouverez cuisiné et dégusté partout sur TikTok.

Apprenez-en plus sur la vie au Japon

Vous voulez en savoir plus sur la vie au Japon ? Nous vous invitons à vous rendre sur notre blog de cuisine japonaise pour plus d’articles sur la cuisine japonaise authentique et des plats traditionnels japonais.

Vous pouvez tester ces plats par vous même au Japon grâce à nos programmes de vie et d’étude au Japon. Rendez vous sur notre site pour en apprendre plus et rendre votre rêve d’étudier à l’étranger réalité !