La gorge qui gratte ? Le nez qui coule ? Vous avez sûrement attrapé un rhume ! Certes, ce n’est pas grave, mais avant que cela devienne plus sérieux, vous devriez penser à consulter. Alors où se rendre lorsqu’on tombe malade ? Comment fonctionnent les hôpitaux au Japon ? À quel prix se soigne-t-on ? Petit récapitulatif du monde médical japonais…

Entre l’hôpital et la clinique, mon cœur balance

Comme en France, il existe deux lieux distincts où vous pourrez vous faire soigner au Japon : la clinique et l’hôpital. Et bien que leurs fonctionnements se ressemblent, ces deux types d’établissements ont chacun leurs spécificités. Les cliniques généralistes sont les centres de soins les plus répandus sur l’archipel. Petites et privées, elles s’apparentent alors aux cabinets médicaux français.

Ici, pas besoin de rendez-vous, vous pouvez venir consulter à n’importe quelle heure de la journée. C’est pourquoi les Japonais les privilégient aux centres hospitaliers. À contrario, pour ce qui est des cliniques spécialisées (ophtalmologie, dermatologie, dentaire, etc…), un rendez-vous vous sera demandé. Et il faudra alors parfois attendre plusieurs mois avant que le spécialiste ne puisse vous recevoir.

Si vous êtes dans l’urgence, mieux vaut donc vous tourner vers l’hôpital. Moins répandus que les cliniques, les hôpitaux au Japon sont très similaires à ceux que l’on peut trouver en France. Et les Japonais n’y vont généralement qu’en cas d’urgence ou s’ils ont un problème de santé sérieux qui nécessite une prise en charge particulière (orthopédie, odontologie, etc…).

Côté tarifs, l’hôpital est somme toute un peu plus cher que la clinique. Non pas parce que le lieu est lui-même plus onéreux, mais parce qu’au Japon la facture dépend des examens qu’on vous fait passer : plus il y a d’actes opérés, plus vous payez !

Prescription

Les frais médicaux aux hôpitaux au Japon 

Bien que le fonctionnement des centres de soins japonais et français soit assez similaire, le système d’assurance santé se veut différent dans les deux pays.

Au Japon, vous êtes soumis au régime d’assurance obligatoire. Et vous devrez alors payer chaque mois votre cotisation quelle que soit votre situation professionnelle. Dès lors, la sécurité sociale rembourse jusqu’à 70% de vos dépenses médicales. C’est pourquoi, si vous n’avez pas de complémentaire santé, les prix peuvent rapidement monter en flèche en cas d’hospitalisation. Surtout si vous changez d’établissement régulièrement !

En effet, qu’ils exercent en clinique ou aux hôpitaux au Japon, les médecins appliquent des tarifs dégressifs au fil des visites afin de  »fidéliser » leur clientèle, grâce à la shinsatsuken (診察券, しんさつけん), la carte de consultation. C’est pourquoi une première consultation sans examen vous reviendra à 1 500 yens (11 euros) en moyenne chez un généraliste, tiers-payant opéré, contre la moitié du prix les fois suivantes si vous êtes muni de cette carte.

Cette dernière vous sera alors demandée dès votre arrivée à l’accueil, avec votre carte d’assuré, la hokenshō (保険証, ほけんしょう), pour vérifier que vous ayez bien droit aux remboursements de la sécurité sociale et aux réductions mises en place par le centre de soins. Ces cartes vous seront ensuite rendues au moment de payer la facture, après remise de votre ordonnance.

Acheter ses médicaments

Comme en France, vous achèterez vos médicaments en pharmacie. Les hôpitaux au Japon étant déjà équipés d’un pôle pharmacie, il vous suffira alors de présenter votre prescription et votre carte d’assuré au guichet de ce dernier pour récupérer votre traitement.

Pour ce qui est des cliniques, elles n’en ont malheureusement pas. Ne soyez donc pas surpris si on vous oriente vers le drug store le plus proche.
En effet, au Japon, les pharmacies sont généralement couplées avec les drogueries où se vendent vitamines, compléments alimentaires et autres médicaments disponibles sans ordonnance.

De la même manière qu’en milieu hospitalier, vous n’aurez alors qu’à fournir au pharmacien votre prescription et votre hokenshō. Si c’est votre première visite, on vous demandera également de remplir un formulaire informatif sur vos antécédents médicaux et sur vos potentielles allergies. Contrairement aux établissements de santé, on ne vous fournira pas de carte de  »fidélité » en pharmacie, et le prix des médicaments sera identique quel que soit le nombre de fois où vous vous y rendrez.

Fait intéressant, vous ne payez pas vos médicaments par boîte, mais selon le nombre de dose qui vous a été prescrit. Ainsi, si vous devez prendre 2 cachets par jour pendant 10 jours, on vous fournira 20 cachets, pas un de plus ! Ces derniers vous seront alors remis dans un petit sac en papier sur lequel est imprimé un tableau récapitulant l’heure de leur prise, la dose que vous devez prendre à chaque fois et la durée du traitement. Prenez donc garde à ne pas perdre ce sac !

Je ne parle pas japonais !

Vous savez désormais ce qu’il faut faire si vous tombez malade. Pourtant un doute persiste : et si je ne parle pas bien japonais ? Rassurez-vous, il existe de nombreux médecins parlant anglais… voire français !

Pensez simplement à consulter le site de l’ambassade de France au Japon qui publie tous les ans une liste (non exhaustive) de médecins toutes spécialités confondues parlant anglais et/ou français sur l’archipel.

Si vous habitez à Tokyo, vous pouvez également téléphoner au Tokyo Metropolitan Health and Medical Information Center, dont le but est d’aider les patients à trouver un médecin parlant la langue de leur choix dans leur zone de résidence.

Si vous prenez des médicaments sur ordonnance régulièrement et prévoyez en amener avec vous lorsque vous prendrez l’avion vers le Japon, ne manquez pas de vous informer à propos du yakkan shoumei (薬監証明, やっかんしょうめい), un document nécessaire lorsqu’on emporte au Japon une certaine quantité de médicaments sur ordonnance. Nous traitons de la question dans l’article suivant.

Enfin, si vous vous posez des questions sur la posologie de vos médicaments, la version anglaise du site Kusuri no shiori (薬の栞, くすりのしおり) peut vous aider. Indiquez le nom du médicament qui vous intéresse, et vous trouverez alors tout un ensemble d’informations le concernant, de sa composition au dosage qu’il faut prendre selon votre poids. Pensez-y !