LGBTQ au Japon

Temps de lecture: 6 minutes

C’est un fait que le Japon est l’un des pays les plus développés au monde. La ponctualité de ses transports publics, la propreté de ses rues, la sécurité publique et l’espérance de vie élevée sont bien connues en dehors du pays.

Cependant, de nombreux aspects de la société japonaise sont lents à changer, l’un d’entre eux étant la reconnaissance, l’acceptation et la compréhension de la communauté LGBTQ+. Alors, comment se passe la vie des LGBTQ+ au Japon ?

L’homophobie existe-t-elle au Japon ?

Si l’homophobie ouverte ou flagrante ne semble pas être un problème au Japon, cela ne signifie pas qu’elle n’existe pas sous des formes plus subtiles ou micro-agressives.

Il est souvent plus difficile pour un Japonais de faire son coming-out que pour un étranger au Japon. Les étrangers occidentaux sont déjà considérés comme très différents dans la société japonaise en général et ne sont donc peut-être pas tenus de respecter les mêmes normes sociales que les Japonais. Cela inclut la pression de se conformer aux fortes attentes hétéronormatives de la société japonaise.

Il ne s’agit là que d’une observation générale basée sur la vie dans une grande ville – la dynamique peut très bien être différente en dehors des grands centres urbains, et même dans certains quartiers des villes.

Encore une fois, s’il est peu fréquent de voir des actes d’homophobie manifestes au quotidien, certaines personnalités publiques ont exprimé leur aversion envers les personnes LGBTQ+ par le passé.

Par exemple, en août 2018, un cas célèbre a attiré l’attention des médias internationaux. La législatrice du parti LDP, Mio Sugita, a remis en question l’utilisation de l’argent des contribuables pour les causes des LGBTQ, comme le mariage homosexuel, car “ces hommes et ces femmes ne portent pas d’enfants – en d’autres termes, ils sont “improductifs“. À peu près au même moment, un autre membre du LDP, Tomu Tanigawa, a suggéré que les relations homosexuelles sont une sorte de “passe-temps” et que les mesures juridiques visant à autoriser le mariage homosexuel sont inutiles.

Des progrès pour l’avenir

En dehors de toute cette haine, plusieurs administrations locales ont pris des mesures et légalisé les partenariats civils entre personnes de même sexe. La première a été Shibuya, suivie de Setagaya (toutes deux à Tokyo). Depuis, quelques autres ont suivi le mouvement, notamment à Sapporo, Fukuoka et Osaka. En mai 2022, le gouvernement métropolitain de Tokyo a annoncé que les partenariats entre personnes de même sexe seraient reconnus dans toute la métropole, mais ils ne sont toujours pas considérés comme des mariages légaux.

Cependant, le gouvernement central ne reconnaît pas les partenariats entre personnes de même sexe. Par conséquent, ces certificats délivrés par les administrations locales n’ont que peu ou pas d’utilité concrète.

En plus de cela, d’autres personnes tentent de provoquer le gouvernement. En février de cette année, le jour de la Saint-Valentin, 13 couples de même sexe ont intenté un procès contre le gouvernement japonais, affirmant que c’était leur droit constitutionnel de pouvoir se marier. L’article 24 de la Constitution stipule que “le mariage ne peut être fondé que sur le consentement mutuel des deux sexes et il doit être maintenu par une coopération mutuelle sur la base de l’égalité des droits du mari et de la femme.

Gay Pride

Comme de nombreux pays, le Japon a également sa propre version de la gay pride, le premier événement ayant eu lieu en 1994. La principale Pride a lieu à Tokyo et est connue sous le nom de Tokyo Rainbow Pride (東京レインボープライド). Elle se déroule généralement entre avril et mai et consiste en un défilé de 3 km de long dans le quartier de Harajuku/Shibuya. L’événement n’est pas seulement une marche. Il s’agit d’une célébration d’une semaine organisée par la communauté LGBTQ de Tokyo pour soutenir et promouvoir la sensibilisation et l’égalité. Le week-end, une foire est également organisée au parc Yoyogi (代々木公園) avec des stands tenus par des entreprises et des organisations affichant leur soutien envers la communauté et offrant des cadeaux, ainsi que des stands de nourriture et de boissons, et une scène avec des présentations.

Il existe d’autres parades de fierté dans le pays, comme la Kansai Rainbow Festa. N’hésitez pas à vérifier laquelle est le plus proche de votre domicile ou de votre lieu de visite.

Nichōme 

Le quartier le plus célèbre de Tokyo associé à la communauté LGBTQ s’appelle Nichōme (2丁目) à Shinjuku. Le quartier présente une grande concentration de bars LGBTQ (environ 300). La majorité sont très petits, situés sur plusieurs étages. Ces petits bars ont une atmosphère chaleureuse et amicale, centrée sur le barman, qui est généralement le propriétaire (ou mama-san en argot gay japonais). En général, tout le monde se connaît, et il arrive même qu’on apporte de la nourriture de chez soi pour la partager. Ces bars peuvent être une expérience unique, mais sans grande connaissance de la langue, il est probable que vous ne compreniez pas grand-chose et que vous ne vous sentiez pas à votre place.

Parmi les bars les plus populaires, où les étrangers ont l’habitude d’aller, il convient de mentionner Dragon Men, qui est un bar/club de nuit avec sa propre petite piste de danse. Un autre bar célèbre est The Eagle, qui a récemment ouvert un deuxième bar à Nichōme. Gold Finger est un bar qui s’adresse plutôt aux lesbiennes et le samedi, seules les femmes peuvent y entrer. Enfin, la boîte de nuit la plus célèbre s’appelle Arty Farty, elle est cachée au premier étage d’un immeuble. Un conseil : beaucoup de gens prennent un verre devant le magasin Seven Eleven du quartier avant de se rendre dans les bars.

Les autres bars et clubs qui méritent d’être mentionnés sont Campy, AiiRo Cafe, FTM Bois (pour les transsexuels), The ANNEX et AiSOTOPE Lounge.

Autres communautés et événements LGBTQ

Bien sûr, les communautés LGBTQ+ existent en dehors de Tokyo, alors voici quelques autres endroits dans le pays !

Si vous êtes à Osaka, la communauté LGBTQ+ locale se rassemble souvent à Dōyamachō (堂山町), une zone proche du quartier d’affaires et de divertissement animé d’Umeda (梅田). Notez que de nombreux bars et clubs LGBTQ+ s’adressent à un public exclusif, mais il existe des établissements accueillants pour les étrangers qui accueillent tout le monde, comme le bar gay FrenZ-FrenZY, de propriété australienne, et l’Explosion Club.

Dans la ville voisine de Kyoto, vous trouverez les bars populaires Azure (réservé aux hommes), Apple (également réservé aux hommes), Bar Look Me (bar lesbien) et Jake (réservé aux femmes).

Bien que Fukuoka n’ait pas de communauté concentrée pour les personnes LGBTQ+, il existe une petite poignée de bars dans la zone de Hakata (博多), par exemple Rushmerry, Daidai et Cracker

À Sapporo, vous rencontrerez l’une des villes les plus accueillantes pour les LGBTQ+ au Japon. C’est l’un des premiers endroits au Japon à avoir reconnu les partenariats entre personnes de même sexe. Les bars et les clubs se trouvent dans le quartier de Susukino (すすきの). Le Bar Orb est l’un des plus anciens bars gays de la région et, bien que tout le monde soit le bienvenu, il est particulièrement populaire auprès de la foule lesbienne locale. Les hommes gays apprécient particulièrement le Bar Sign Oh!, avec son penchant pour la musique pop et son personnel sympathique. Le Lalatoo propose des spectacles de cabaret japonais et internationaux.

À Tokyo, Dragon Men organise un événement intitulé Not Alone Café, qui a lieu le premier dimanche du mois. C’est un événement ouvert à tous et qui peut être un bon moyen de rencontrer de nouvelles personnes lors de votre arrivée à Tokyo. Toujours à Nichōme, se trouve Akta, un centre communautaire pour la communauté LGBTQ+ de Tokyo. Bien que presque tout soit en japonais, vous pouvez trouver des gens qui peuvent parler anglais.

Un autre événement LGBTQ+ est le festival du film Rainbow Reel Tokyo. La première édition a eu lieu en 1992. Le festival se déroule généralement en juillet, alors gardez l’œil ouvert à cette période.

Pour en savoir plus sur ce que c’est que d’être LGBTQ+ au Japon, je vous recommande le documentaire Gaycation. Il s’agit d’une série créée par Vice qui montre la vie des LGBTQ+ dans différentes villes du monde, et le premier épisode se déroule à Tokyo !

En outre, si vous êtes un étranger vivant au Japon et que vous souhaitez entrer en contact avec les communautés LGBTQ+ locales, une organisation appelée Stonewall Japan pourrait être un bon premier port d’escale. Son objectif est de créer un espace sûr et ouvert pour les groupes de minorités sexuelles et de genre au Japon par le biais d’événements et de projets.

Mots utiles en japonais 

LGBTQ/” Minorité sexuelle “
性的少数者 (性的マイノリティ)
せいてきしょうすうしゃ (せいてきマイノリティ)
Seitekishōsūsha (seiteki mainoriti)

Gay
ゲイ
Gei

Lesbienne
レズビアン
Rezubian

Mariage homosexuel
同性婚
どうせいこん
Dōseikon

Personne homosexuelle
同性愛者
どうせいあいしゃ
Dōseiaisha

Personne bisexuelle
両性愛者
りょうせいあいしゃ

Personne transgenre
トランスジェンダー
Toransujendā

Intersexualité
インターセックス
Intāsekkusu

Asexualité
無性愛
むせいあい
Museiai

Pansexualité
全性愛
ぜんせいあい
Zenseiai

Queer
X ジェンダー
Ekusu jendā

J’espère qu’avec cet article, j’ai pu donner une idée générale de ce qu’est la vie LGBTQ+ au Japon. Tout n’est pas parfait, mais l’avenir est radieux !

Pour d’autres conseils utiles sur la vie au Japon, suivez consultez blog Go ! Go ! Nihon.

Partagez cet article

Go! Go! Nihon

Articles Liés

Conseils pratiques
Culture japonaise
Vivre au Japon