Mon premier voyage au Japon remonte à il y a déjà bientôt trois ans. Depuis, j’y suis retourné plusieurs fois, j’y ai vécu un an… Mon point de vue sur le pays du Soleil Levant a beaucoup évolué avec le temps, mais je me souviens encore de ce que j’ai pensé la première fois que j’y ai mis le pied. Petit retour dans le temps pour partager avec vous ce qui m’a surpris ces premiers jours où j’ai rencontré le Japon en personne.

Premières impressions

Dès mon arrivée à l’aéroport, je me suis retrouvé dans une ambiance particulière. La première expérience se fait avec le métro japonais : c’est propre, calme, ponctuel. Les gens font même la queue pour monter dans la rame ! En quelques minutes, je me suis rendu compte que j’étais déjà bien loin de mon quotidien parisien. Au Japon, il est normal de faire la queue, d’être discipliné dans l’attente pour tout. Jusque dans les Escalators ! Ça ne se bouscule presque pas — ça arrive dans la foule massive des grands quartiers et aux heures de pointe, on ne va pas le nier. Et la propreté ne s’applique pas qu’au métro : des trottoirs en ville jusqu’aux toilettes publiques, les gens prennent soin de leur environnement urbain — l’absence quasi-totale de poubelles dans les rues fait aussi de cette propreté omniprésente un mystère pour beaucoup d’étrangers ! On sent très rapidement une sensation de respect, de sécurité s’installer.

Entrée d'un sanctuaire

La sécurité

La sécurité, c’est la deuxième chose qui m’a marqué. Pas que je me sente particulièrement en danger quand je suis dans Paris, mais au Japon personne ne va venir vous accoster, vous défier du regard. Tout le monde fait sa vie et mes amies avec qui j’étais parti se sont senties en totale sécurité en comparaison avec leur vie de tous les jours à Paris et dans ses alentours. Peu importe leurs vêtements, l’heure à laquelle elles sortent… La société japonaise est l’une des plus sûres au monde, et on en oublie jusqu’à la notion d’insécurité là-bas. Même dans les grands quartiers animés jusque tard dans la nuit comme Shibuya ou Shinjuku, pour ne parler que de Tokyo. Au contraire, les Japonais ont le coeur sur la main et sont toujours prêts à vous aider si vous avez l’air perdu !

Les contraires

Ensuite, les gens tout simplement. Que ce soit leur façon de se saluer, leurs vêtements, — entre les salary men qui semblent tous être identiques et une jeunesse parfois excentrique habillée tout en couleur — leur calme en public (on a vite eu l’impression qu’on entendait que nous lors de certains trajets en transports en commun)… On est très vite plongé dans un monde à part. Et en parlant du silence des gens, j’ai été surpris de me rendre compte que paradoxalement, le Japon est un pays très bruyant notamment dans les grandes villes. Il y a énormément de machines qui font du bruit, le personnel des restaurants et autres izakaya (bar traditionnel japonais) appellent les clients dans la rue en criant « irasshaimase » (lit. bienvenue, entrez), le trafic est dense, les portes des nombreux pachinko (sorte de casino japonais) s’ouvrent quand on passe devant et laissent s’échapper un torrent de son assourdissant… C’est vivant, et la ville va faire fonctionner tous vos sens en même temps !

Dans certains quartiers, il ne fait même jamais nuit. Les panneaux publicitaires illuminés, animés, toute cette lumière, le bruit… On se croirait à Times Square. Le contraste avec le ciel noir ébène la nuit est saisissant. Et cette foule ! Je conseille vraiment de faire un tour à Shibuya un vendredi ou un samedi soir pour se rendre compte !

Pouvoir visiter des temples traditionnels qui semblent être ancrés dans le temps en plein milieu de Tokyo est aussi quelque chose qui fait la beauté du pays. C’est déroutant, au début, de voir des temples et sanctuaires noyés dans la jungle urbaine moderne, mais c’est quelque chose d’habituel. Et il n’est pas rare de voir des gens aller saluer les esprits au détour d’un trajet.

Autres impressions

Et enfin, quelques petits détails qui m’ont également surpris : les distributeurs automatiques qui pullulent dans les rues, les Japonais en costume filant sur leurs vélos aux freins qui grincent, les « smoking areas », ces espaces délimités où l’on trouve des cendriers géants et où les gens s’arrêtent pour fumer leur cigarette, sachant qu’il est interdit de fumer en marchant dans les rues. Et les gens qui nous répondent « qu’est-ce que vous êtes doué en japonais ! » (日本語上手ですね – nihongo jouzu desu ne) quand on leur dit bonjour dans leur langue…

Il y a beaucoup d’aspects de la culture japonaise qui sont différents de ce que l’on a l’habitude de voir chez nous, ce qui en fait une culture très riche. Et le premier contact que l’on a avec elle est souvent aussi passionnant que déroutant ! Et vous, avez-vous des souvenirs de ce qui vous a marqué lors de votre premier voyage au Japon ??

Pour en connaître plus sur le Japon, suivez les dernières publication du blog de Go! Go! Nihon.