Travailler en freelance au Japon en tant qu’étudiant : possibilités et limites

Temps de lecture: 4 minutes

Il est aujourd’hui plus facile que jamais de travailler en freelance ou à distance. Par conséquent, travailler à distance, en freelance au Japon tout en étudiant peut être une option intéressante pour ceux qui souhaitent travailler tout en étudiant.

Peut-être avez-vous déjà des clients en free-lance dans votre pays pour lesquels vous souhaitez continuer à travailler. Vous êtes peut-être employé par une entreprise qui vous permet de travailler pendant votre séjour au Japon. Ou encore, vous espérez peut-être trouver des clients au Japon pour lesquels vous pourrez travailler pendant vos études.

Quelle que soit la raison, vous vous demandez probablement si cela est possible pour vous et ce que vous devez envisager. Poursuivez votre lecture pour en savoir plus sur le travail en freelance ou à distance au Japon pendant vos études avec un visa d’étudiant.

Travailler avec un visa étudiant

Le visa étudiant japonais vous permet de demander un permis de travail qui vous permet de travailler jusqu’à 28 heures par semaine. Pendant les vacances, vous pouvez travailler jusqu’à 8 heures par jour. En général, les étudiants travaillent dans des restaurants, des magasins de proximité, comme acteurs ou mannequins, ou en enseignant l’anglais. Notez que les étudiants ne sont pas autorisés à travailler dans l’industrie du divertissement pour adultes, dans les salles de jeux vidéo, les salons de pachinko ou les bars.

Pour en savoir plus sur le travail à temps partiel avec un visa étudiant, consultez notre article.

Est-il possible de travailler en free-lance au Japon tout en étudiant ?

Le travail en free-lance ou à distance est possible avec un visa étudiant, à condition qu’il n’ait pas d’impact négatif sur vos études. Vous ne pouvez pas non plus travailler plus de 28 heures par semaine. Le but du visa étudiant est d’étudier, votre priorité doit donc être votre éducation. Si vous ne vous présentez pas en classe, si vous ne faites pas vos devoirs ou si votre travail nuit à vos études, votre visa peut être révoqué.

Si vous travaillez en free-lance ou à distance pour des clients situés en dehors du Japon, nous vous recommandons de vérifier auprès de votre ambassade ce qui est possible et ce qui ne l’est pas. Nous vous conseillons également de vérifier vos obligations fiscales auprès de votre entreprise, d’un comptable ou du service des impôts de votre pays d’origine. Vos obligations fiscales peuvent changer lorsque vous vous installez au Japon, car votre pays de résidence sera différent.

Si vous espérez travailler avec des clients au Japon, vous devrez remplir une déclaration d’impôts et déclarer vos revenus chaque année. Le formulaire ressemble à ceci et nous vous recommandons vivement de demander l’aide d’une personne parlant couramment le japonais si vous n’êtes pas sûr de pouvoir remplir le formulaire tout seul.

Comprendre les obligations fiscales peut être compliqué et nous ne sommes pas des experts en la matière. Par conséquent, nous vous recommandons vivement de consulter un comptable ou un avocat expérimenté pour confirmer vos obligations fiscales. Certains pays ont également conclu des conventions fiscales avec le Japon qui peuvent primer sur les obligations fiscales habituelles.

Male student and female student at school chatting over open textbook

Concilier travail et études

Tous les étudiants qui souhaitent travailler pendant leurs études au Japon doivent être réalistes quant aux objectifs qu’ils souhaitent atteindre avec le visa étudiant. De plus, vous devez être réaliste quant au temps que vous pouvez réellement consacrer au travail.

Si vous étudiez dans une école où la charge de travail est importante, vous devrez faire des heures supplémentaires tous les jours et les week-ends afin de suivre le rythme. S’il est possible, au début, de suivre des études intensives tout en travaillant à côté, vous allez vite vous essouffler. Non seulement vos résultats faibliront, mais votre santé mentale sera également mise à rude épreuve.

N’oubliez pas que vous êtes au Japon pour vivre pleinement votre expérience. Si vous êtes trop occupé à essayer de respecter les horaires d’étude et de travail, vous allez passer à côté de tout ce qui rend la vie au Japon amusante, excitante et mémorable.

Le freelancing au Japon au-delà du visa étudiant

Il est tout à fait possible de travailler en freelance au Japon à plein temps en tant qu’étranger. Toutefois, sachez qu’il n’existe pas de catégorie de visa spécifique pour le freelance au Japon. Par conséquent, de nombreux étrangers vivant au Japon travaillent en free-lance alors qu’ils sont titulaires d’un visa valide pour le Japon.

Par exemple, de nombreux étrangers travaillant au Japon sont titulaires d’un visa “Specialist in humanities Visa”. Ils peuvent être employés comme traducteurs pour une société de jeux, ou enseigner l’anglais, et ils peuvent aussi écrire en free-lance.

La légalité de cette activité dépend du statut de votre visa, ainsi que des conditions du contrat qui vous a été accordé. Cela dépend également de l’autorisation que vous donne votre employeur de travailler en free-lance en dehors de l’entreprise.

Si le travail en freelance que vous souhaitez effectuer ne relève pas du champ d’application de votre visa, vous devrez demander une “autorisation d’exercer une activité autre que celle autorisée par le statut de résidence précédemment accordé” (Shikakugaikatsudō no kyoka 資格外活動の許可). Par exemple, si vous êtes au Japon avec un visa d’ingénieur. Dans ce cas, vous ne pourriez pas enseigner l’anglais ou faire des traductions, car ce type de travail n’entre pas dans le cadre du visa d’ingénieur.

Person sitting at desk with laptop open and a form on the screen

Vous pouvez également “auto-sponsoriser” votre visa (kojin jigyō 個人事業). Il ne s’agit cependant pas d’un véritable parrainage, car vous devez toujours demander à l’un de vos clients basés au Japon de parrainer votre visa. Outre un certain nombre de documents, vous devez également présenter une preuve de revenus d’au moins 200,000 à 250,000 yens par mois. Dans ce cas, il est préférable de travailler avec un avocat spécialisé en droit de l’immigration, qui pourra vous guider tout au long de la procédure et vous donner toutes les chances de voir votre demande aboutir.

Les informations contenues dans cet article sont destinées à servir de guide de base. Si vous souhaitez travailler en free-lance ou à distance au Japon, nous vous recommandons vivement de demander conseil à un avocat spécialisé en droit de l’immigration et à votre ambassade pour obtenir des informations spécifiques à votre situation.

Visitez notre site Web ou contactez-nous pour obtenir de plus amples informations sur la vie et les études au Japon.

Partagez cet article

Go! Go! Nihon

Articles Liés