Selon votre nationalité, vous pouvez avoir besoin d’un visa pour entrer sur le territoire japonais, même quand il est question de séjours temporaires au Japon. Heureusement pour nous autres ressortissants français, ce n’est pas le cas ! Ce que l’on appelle le « visa touriste » au Japon n’en est en fait pas réellement un. Il s’agit du tampon qui est apposé sur votre passeport à votre arrivée à l’immigration japonaise et qui vous donne la possibilité de rester jusqu’à trois mois sur l’archipel.

Tampon visiteur temporaire

Ce qu’il faut savoir

Il y a quelques détails à garder en tête lorsque vous planifiez vos séjours temporaires au Japon.

D’abord, il est évident que vous n’êtes pas autorisé à travailler sur place. Un visa travail, de vacances-travail ou un visa étudiant serait requis pour cela.

Il n’y a aucun frais à débourser pour le visa de tourisme au Japon. Il est totalement gratuit et ne nécessite aucune démarche préalable. Un petit formulaire vous sera donné dans l’avion avant l’atterrissage afin de compléter vos informations et coordonnées sur place (hôtel, numéro de téléphone…).

Il est conseillé d’avoir un billet retour avec une date précise avant d’entrer sur le territoire. Vous pouvez être questionné sur la raison de votre venue au Japon et pourquoi vous n’avez pas encore planifié votre retour en arrivant à l’immigration si vous n’en n’avez pas. Le Japon est un pays très strict quant à sa politique d’immigration.

En tant que touriste, il est également obligatoire de garder votre passeport sur vous à tout moment. C’est votre unique pièce d’identité valable une fois sur place. Il est possible qu’il vous soit demandé de le montrer, notamment si vous faites des achats d’une valeur de plus de 10,000 yens (90 euros).

Avec l’arrivée des Jeux Olympiques de plus en plus d’étrangers commencent à débarquer en séjours temporaires sur le sol japonais, et il est aussi possible que des contrôles de police soient effectués. Ils sont rares, mais il vaut mieux pouvoir présenter son passeport et donner l’adresse de là où l’on est hébergé au cas où cela vous tombe dessus.

Huellas dactilares en el aeropuerto

Précautions

Dernier point important : comme nous l’avons dit plus haut, le visa de tourisme accordé en cas de séjours temporaires au Japon vous permet de résider sur le territoire jusqu’à 90 jours consécutifs. Cependant, vous êtes tenus et avez pour obligation de respecter cette contrainte de temps. Si les autorités japonaises se rendent compte que vous résidez sur le territoire depuis une période excédant les trois mois imposés, vous êtes alors dans l’illégalité et risquez d’être déportés du jour au lendemain. En plus d’être contraint de devoir quitter le pays par les autorités japonaises, vous risquez d’être fiché et d’avoir des problèmes si vous souhaitez revenir au Japon (que ce soit pour un court voyage, un PVT, un stage…). Il est donc conseillé, voire même essentiel, que vous soyez en bons termes avec les autorités japonaises pour vos prochains voyages au Pays du Soleil Levant. Les cas de déportation à cause d’une présence sur le territoire excédant trois mois sont rares mais peuvent arriver : soyez prudents et planifiez bien votre voyage pour éviter toute mésaventure !

Voilà tout ce que vous avez à savoir sur le fameux visa de tourisme au Japon ! C’est en fait tout simple, mais il est important de garder en tête tout ce qu’il vous permet de faire et de ne pas faire, ainsi que les petits détails à garder en tête quand vous séjournez sur le territoire japonais en tant que touriste. Il ne vous reste plus qu’à acheter vos billets et partir à l’aventure, le Japon vous accueillera les bras ouverts !

Pour en connaître plus sur le Japon, suivez les dernières publication du blog de Go! Go! Nihon.