Les temples et sanctuaires japonais sont parmi les plus beaux du monde et sont incontournables que vous soyez croyant ou non. La plupart d’entre eux sont nichés dans des endroits magnifiques partout dans le pays. Imaginez-vous des retraites à flanc de falaise, des sanctuaires sur le littoral ou des antres dans la forêt.

Ils ont été construits de cette façon intentionnellement. En effet, la meilleure façon de communiquer avec le kami (神), un dieu shinto qui est l’essence même de la nature, est d’être dans la nature. Même si vous n’êtes pas croyant, il n’y a pas un meilleur endroit au Japon pour trouver calme et sérénité.

Là-bas, vous pouvez y trouver toutes sortes d’amulettes, de plaques en bois et de rubans. Le plus amusant d’entre eux est appelé omikuji (御神籤). Il s’agit d’une forme traditionnelle de divination à laquelle tout le monde peut prendre part.

Si vous voulez tenter l’expérience par vous-même, continuez la lecture pour tout savoir sur l’omikuji japonais. Nous vous disons tout sur comment en choisir un et comment comprendre votre fortune.

omikuji dans une boîte en bois

Qu’est ce qu’un omikuji ?

L’omikuji japonais est une forme ancienne de divination. La fortune est écrite sur un papier blanc avec des caractères japonais traditionnels et modernes. Votre fortune est dite à l’aide de paraboles anciennes sur la santé, le travail, la famille et plus.

Il sont disponibles dans tous les temples en échange d’une petite donation comprise entre 100 et 300 yens.

Comment se servir d’un omikuji 

Il y a principalement deux sortes d’omikuji japonais : en papier et sous forme de bâton. Mais la procédure pour obtenir un omikuji est à peu près la même partout avec quelques différences entre les temples.

La façon la plus simple est d’utiliser une boîte mystère. En effet, il vous suffit de faire une donation (entre 100 et 300 yens), de plonger votre main dans la boîte et d’attraper votre fortune scellée.

Parfois, vous obtenez un numéro à la place de l’omikuji. Dans ce cas, donnez le au personnel du temple qui vous l’échangera contre votre fortune.

Ou bien, il est possible que le personnel vous donne une boîte en bois cylindrique à la place de votre fortune. Ne restez pas là en adoptant l’air ahuri habituel du gaijin et montrez de quoi vous êtes fait ! Après l’avoir secoué fermement, un bâtonnet en bois avec un numéro devrait sortir par une ouverture de la boîte. Donnez le bâton au personnel et échangez-le contre votre omikuji.

Ou ! (promis, c’est la dernière fois), vous verrez peut-être des tiroirs numérotés dans la partie dédiée aux donations. Après avoir obtenu un numéro (sur un papier, sur un bâtonnet ou cylindre en bois) il vous suffit de trouver le tiroir avec le même numéro pour obtenir votre omikuji.

Depuis quelques années, les omikuji sont aussi disponibles sous forme de petits objets décoratifs, ou okimono 置物. Par exemple, dans les différents sanctuaires de Kyoto vous pouvez trouver ces petits objets sous forme de vache, pigeon, renard, daruma, etc.

Maintenant, il faut comprendre si votre omikuji vous annonce une bonne ou mauvaise fortune. Ce que vous devez faire après dépend du résultat.

Fortunes prêtes à être données

Comment lire votre fortune ?

Vous trouverez dans chaque omikuji une histoire ou un poème écrit en japonais traditionnel et moderne. Ils sont la clé pour interpréter votre fortune. Ces histoires sont peut-être un peu difficiles à comprendre (même pour des natifs) et pas toujours traduites en anglais.

Mais il y a tout de même un moyen de savoir si vous avez eu de la chance. Il existe une hiérarchie que vous retrouverez sur chaque omikuji. Il s’agit en général du plus gros kanji sur la feuille. La hiérarchie se présente comme ceci :

  • 大吉 (Dai-kichi) – très chanceux
  • 吉 (Kichi) – chanceux
  • 中吉 (Chū-kichi) – plutôt chanceux
  • 小吉 (Shō-kichi) – un peu chanceux
  • 半吉 (Han-kichi) – pratiquement chanceux
  • 末吉 (Sue-kichi) –  la chance viendra (mais pas maintenant)
  • 小凶 (Shō-kyō) – un peu malchanceux
  • 半凶 (Han-kyō) – plutôt malchanceux
  • 末凶 (Sue-kyō) –  la malchance arrive (mais pas maintenant)
  • 凶 (kyō) – mauvais
  • 大凶 (Dai-kyō) – très mauvais

Si vous avez obtenu une bonne fortune, bravo ! Vous pouvez la garder comme souvenir et profiter des bonnes choses à venir.

Si vous avez obtenu une mauvaise fortune, pas de panique ! Il y a un moyen d’améliorer la situation directement dans le temple.

mauvaises fortunes nouées à un fil dans un temple

Que faire avec un omikuji annonçant une mauvaise fortune

Vous n’êtes pas le seul à vous retrouver avec une mauvaise fortune de temps à autre. Avez-vous déjà remarqué les papiers blancs accrochés partout dans le temple ? Il s’agit des autres mauvaises fortunes. Elles sont laissées là pour que le kami s’en occupe.

Trouvez un fil ou demandez au personnel du temple et vous pourrez ajouter votre omikuji aux autres. Bientôt, il sera brûlé lors d’un rituel et offert au kami pour qu’il le purifie (pour que vous retrouviez une chance décente).

Veuillez garder en tête que si vous obtenez une mauvaise fortune, cela peut être mal vu de prendre d’autres omikuji. Donc restez patient et attendez avec joie votre prochaine visite au temple !

Apprenez en plus sur le Japon

Bonne fortune ou pas, il y a tellement d’autres choses à découvrir. Suivez Go! Go! Nihon pour en savoir plus sur la vie au Japon, la culture et la langue sur Instagram, Facebook, Twitter et TikTok.